Suivre Jésus

Le Chemin qui mène à la vie


Suivre Jésus

Vingt siècles de maltraitance chrétienne – Olivier Maurel

Il y a quelques jours, les Editions Encretoile ont édité le dernier ouvrage d’Olivier Maurel(auteur que je ne présente plus dans le milieu de la lutte contre la Violence Educative Ordinaire). Pour le moment, ce livre n’est disponible que sur le site : http://editions-encretoile.fr/shop/index.php

Quatrième de Couverture

En guise d’entrée en matière, voici comment la 4e de couverture introduit l’ouvrage:

« Avant Jésus, aucun philosophe, aucun penseur, aucun fondateur de religion, n’a parlé des enfants comme il l’a fait, et ne leur a accordé une aussi grande importance. Mais ses paroles sur les enfants sont restées en friche. Ni les disciples, ni les premiers théologiens, ni les membres influents de l’Église au cours de ses vingt siècles d’existence, n’en ont vraiment accepté le sens profond. Sous l’influence de quelques grands noms de l’histoire de l’Eglise, les théologiens ont édifié un véritable barrage idéologique. C’est le dogme du péché originel, qui a interdit l’accès à la signification essentielle des paroles de Jésus et à leur application. Ainsi, l’Église a-t-elle pratiqué dans ses institutions, et parfois conseillé aux parents pendant vingt siècles, des méthodes d’éducation brutales. Les scandales actuels de maltraitance n’ont rien de nouveau. La seule nouveauté, c’est qu’aujourd’hui les victimes parlent. Que l’on soit lié ou non à Jésus par la religion, la redécouverte de ses paroles sur les enfants peut redonner sens et force à son message. Près de deux-mille ans avant Maria Montessori, Célestin Freinet, Janusz Korczak, ses paroles ouvraient des voies à une éducation des enfants respectueuse et bienveillante. Elles sont en harmonie avec les découvertes les plus récentes sur le développement du cerveau et sur les compétences innées des enfants. Ce livre n’est en rien un pamphlet anti-religieux. Il montre seulement qu’aucune religion, si grande fût-elle, ni d’ailleurs aucun agnosticisme ou athéisme, ne peut améliorer le sort de l’humanité, s’ils ne sont pas fondés sur l’amour des enfants et le respect de leurs comportements relationnels. Il montre aussi qu’une sincère attention à l’adresse des enfants passe par la redécouverte de l’enfant que nous avons été. »

Lire la suite ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.