Suivre Jésus

Le Chemin qui mène à la vie


Suivre Jésus

Les commandements de Jésus – A propos de la loi mosaïque (partie 2)

Torah

Après avoir introduit dans un premier article cette série concernant les commandements de Jésus, je reprend dans cette deuxième partie l’un des arguments de l’opinion selon laquelle Jésus est venu nous enseigner d’observer toute la loi de Moïse, cette loi étant supposée éternelle. Commençons par le passage principal appuyant cette position :

Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé. Celui donc qui supprimera l’un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. (Matthieu 5:17-19)

 

Les versets cités semblent très clairs. On ne doit pas supprimer le moindre commandement de la loi. Mais s’agit-il véritablement de la loi de Moïse, telle que comprise par les religieux de l’époque de Jésus ? Si on regarde quelques versets plus loin dans ce même passage, et si l’on considère qu’il s’agit bien de la loi de Moïse telle que communément comprise, on pourrait croire que Jésus se contredit. Je m’explique :

Il a été dit : Que celui qui répudie sa femme lui donne une lettre de divorce. Mais moi, je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour cause d’infidélité, l’expose à devenir adultère, et que celui qui épouse une femme répudiée commet un adultère. (Matthieu 5:31-32)

Quiconque répudie sa femme et en épouse une autre commet un adultère, et quiconque épouse une femme répudiée par son mari commet un adultère. (Luc 16:18)

Mais je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour infidélité, et qui en épouse une autre, commet un adultère.
Que l’homme donc ne sépare pas ce que Dieu a joint (Matthieu 19:9,6)

 

En effet la loi de Moïse autorise les hommes à répudier leur femme, et à épouser une femme qui a été répudiée :

Lorsqu’un homme aura pris et épousé une femme qui viendrait à ne pas trouver grâce à ses yeux, parce qu’il a découvert en elle quelque chose de honteux, il écrira pour elle une lettre de divorce, et, après la lui avoir remise en main, il la renverra de sa maison. Elle sortira de chez lui, s’en ira, et pourra devenir la femme d’un autre homme. (Deutéronome 24:1-2)

 

Ce passage de Deutéronome contredit doublement les paroles de Jésus précédemment citées (Pas de répudiation autorisée, pas de remariage avec une femme répudiée). Comment ne pas voir ici, une abolition/réformation de la loi de Moïse, telle que comprise et appliquée par les judaïsants ?

C’est l’une des raisons pour lesquelles je crois que la loi de Moïse n’est pas la loi de Dieu éternelle, à suivre dans ses moindres préceptes, et que Jésus nous parlait d’une loi dépassant celle de Moïse, bien que cette dernière ait été au combien utile et nécessaire aux hommes pour se rapprocher de Dieu.

Il faut tout de même reconnaître que Jésus a toujours respecté la loi de Moïse. Il a lui-même affirmé que des commandements donnés par cette loi, étaient bel et bien des commandements de Dieu, comme étant immuables (Mk 7:9-13 par exemple).

 

Mon avis personnel concernant la loi de Moïse

 

Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! parce que vous payez la dîme de la menthe, de l’aneth et du cumin, et que vous laissez ce qui est plus important dans la loi, la justice, la miséricorde et la fidélité : c’est là ce qu’il fallait pratiquer, sans négliger les autres choses. (Matthieu 23:23)

Je crois que la loi donnée par Moïse est divine, dans le sens où elle constitue un message de Dieu adressé aux hommes, et ce même dans les plus petits préceptes. Cependant, je ne crois pas que cette loi soit éternelle, en tout cas dans son acceptation charnelle, littérale.
Un peu comme dira Paul, je pense que « la loi est bonne, pour quiconque en fait un usage légitime » (1 Tim 1:8), c’est-à-dire avant tout un usage spirituel.
De plus, l’auteur de l’épître aux Hébreux est d’autant plus explicite, quant au caractère imparfait de la loi de Moïse et de sa temporalité (Heb 9:10, lire chapitre 7 à 10) . Paul en fera de même, expliquant que la loi de l’ancienne alliance a été amené à disparaître, au profit d’une loi éternelle, permanente (2 Co 3:11)

Dans la partie 3, je parlerai des commandements que Jésus est venu pleinement manifestés, les commandements de la loi éternelle, les commandements du Royaume qui vient, depuis la création du monde.

1 Commentaire

  1. Pingback: Les commandements de Jésus – Introduction (partie 1) – Suivre Jésus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.