Suivre Jésus

Le Chemin qui mène à la vie


Suivre Jésus

Je t’ai vu sous le figuier

« Je t’ai vu quand tu étais sous le figuier ! » dit Jésus à Nathanaël.  Voilà la phrase qui bouleverse Nathanaël. Voilà la phrase qui change sa vie, qui le fait découvrir Jésus, qui lui fait reconnaître l’être divin en Jésus.
« Je t’ai vu quand tu étais sous le figuier ! » Qu’y a-t-il là de bouleversant, d’extraordinaire pour que cela décide Nathanaël à tout abandonner pour suivre Jésus ? Pourquoi cette parole est-elle décisive ?
Une interprétation rabbinique nous dit que « être sous le figuier » c’est étudier la Torah, l’Ecriture. Il n’y a pas de doute que Nathanaël  devait connaître les Ecritures. Son ami Philippe — pour lui présenter Jésus — lui dit avoir « trouvé celui dont Moïse a parlé dans le livre de la Loi et dont les prophètes ont aussi parlé » (Jn 1:45). Et quand Philippe lui dit que Jésus vient de Nazareth, il s’étonne — sceptique — « peut-il venir quelque chose de bon de Nazareth ? » (Jn 1:46) puisque Nazareth n’est jamais mentionnée dans l’Ancien Testament.
Certainement, Nathanaël a étudié la Bible, « il a été sous le figuier, » mais cela ne suffit pas pour lui faire reconnaître Jésus comme le Messie. Heureusement, Philippe l’invite à venir voir par lui-même : « Viens et vois ! » Et c’est en venant, en rencontrant Jésus qu’il va entendre cette parole qui l’interpelle (…)

Lire la suite ICI

2 Commentaires

  1. AGUEGEE

    Quitter l’ombre du figuier, cela veut dire renoncer au péché. Dans l’Écriture, c’est « sous tout arbre vert » que les païens adoraient leurs idoles, c’est « sous tout arbre verdoyant » que les Hébreux, à leur tour, brisaient l’alliance avec Dieu et se prostituaient (Cf. Dt 12, 2 ; Is 57, 5 ; Jr 2, 20, etc.). M’éloigner du figuier, laisser derrière moi mes idoles, cela veut dire abandonner les fausses promesses de bonheur, le plaisir, l’argent, le pouvoir, la renommée, tout ce qui semble d’abord alléchant, mais qui se révèle ensuite un cercle vicieux, une mécanique impitoyable qui m’entraîne dans ses rouages, un tyran qui exige de plus en plus de ma personne, jusqu’à détruire ma vie

    Répondre
  2. Jorel N (Auteur de l'article)

    Je n’avais pas vu les choses comme ça. Merci Aguegee pour ta contribution !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.