Suivre Jésus

Le Chemin qui mène à la vie


Suivre Jésus

Mourir à soi-même

MOURIR à soi-même !

Quand tu es oublié, ou négligé, ou à dessein réduit à néant, Si tu ne ripostes pas par des paroles blessantes à l’injure reçue et si ton coeur est heureux d’être trouvé digne de souffrir pour Christ, alors, ça

c’est MOURIR à soi-même !

Quand, faussement, on parle mal de toi, quand tes désirs sont contrés, tes avis dédai­gnés, tes opinions ridiculisées, Si tu refuses de laisser monter la colère dans ton coeur, si tu refuses de te défendre toi-même, si tu acceptes tout avec patience, si tu sais dompter ta langue et demeurer dans le silence, si tu ne t’irrites pas, si tu ne soupçonnes pas le mal, si tu supportes tout, endures tout, avales tout, alors, ça,

c’est MOURIR à soi-même !

Quand tu supportes patiemment et avec amour les désordres, les irrégularités, le manque de ponctualité, les contrariétés, les désagréments, les désappointements, les embêtements de toutes sortes et toutes les épreuves et les souffrances de la vie, si tu peux contempler avec sérénité les gaspillages, les folies, les extravagances, l’insensibilité spirituelle, et si tu peux endurer tout cela comme Jésus l’endura, alors, ça

c’est MOURIR à soi-même !

Quand, dans la conversation, tu t’abstiens d’attirer l’attention sur toi-même et de raconter toutes tes bonnes oeuvres avec beaucoup de complaisance en mendiant l’approbation dautrui, si tu désires vraiment passer inaperçu et demeurer inconnu, alors, ça

c’est MOURIR à soi-même !

Quand tu es satisfait de n’importe quelle nourriture, de n’importe quels vêtements, de n’importe quel climat, de n’importe quelle société, ou de la solitude, de toutes interruptions, de tous obstacles selon la volonté de Dieu, si tu as appris, comme Paul, à être content en toi-même en toutes circonstances, si tu as appris en toutes choses et partout à être rassasié et à avoir faim, à être dans l’abondance et à être dans les privations, si tu peux vraiment toutes choses en Christ qui te fortifie, alors, ça

c’est MOURIR à soi-même !

Quand tu vois ton frère prospérer et avoir tous ses besoins satisfaits, si tu peux honnêtement te réjouir avec lui au plus profond de ton coeur sans éprouver la moin­dre envie et sans interroger Dieu à son sujet, alors que tes propres besoins bien plus importants sont lamentablement insatisfaits et que tes circonstances sont véri­tablement désespérées, alors, ça

c’est MOURIR à soi-même !

Si tu peux, en courbant humblement la tête, recevoir des reproches et des répriman­des immérités de la part d’un frère manifestement peu spirituel et si tu peux hum­blement te soumettre intérieurement autant qu’extérieurement sans que ni ressen­timent ni amertume ne germent insidieusement dans ton coeur, alors, ça

c’est MOURIR à soi-même !

Si, comme Paul, tu peux rejeter sur Jésus toute ta souffrance, la convertissant ainsi en un moyen de connaître sa grâce triomphante; et si tu peux dire d’un coeur entiè­rement livré et « très Joyeusement »: « c’est pourquoi Je prends plaisir dans les infir­mités, dans les outrages, dans les nécessités, dans les persécutions, dans les dé­tresse pour l’amour de Chrit » (2 Co. 12: 9-10), alors, ça

c’est MOURIR à soi-même !

Si tu as vraiment revêtu le Seigneur Jésus-Christ (Ro. 13: 14), et traversant la tri­bulation, la détresse, la persécution, la famine, la nudité, le péril, l’épée, et étant mis à mort pour l’amour de Christ, si alors tu peux dire an vérité: « Mais dans toutes ces choses, je suis plus que vainqueur par Celui qui m’a aimé ». (Ro. 8 : 35-37), alors, ça

c’est MOURIR à soi-même !

Si la mort et la vie te sont d’égale importance en Christ, et si tu prends plaisir en la mort autant qu’en la vie de sorte que tu sois devenu capable de dire en vérité: « Christ sera glorifié dans mon corps, soit par ma vie, soit par ma mort; car Christ est ma vie, et la mort m’est un gain » (Ph. 1: 20-21), alors, ça

c’est MOURIR à soi-même !

Mon frère, es-tu déjà mort ?

 

Source

2 Commentaires

  1. Jessica

    Merci pour ton article qui me recadre à nouveau aujourd’hui. Ca tombe a point nommé.

    Répondre
  2. Paul Bettewiller

    GLOIRE A JESUS !!!

    Marc 2/17 Jésus ayant entendu cela, leur dit : Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler à la repentance les justes, mais les pécheurs.

    Jean 14/12 En vérité, en vérité, je vous dis : Celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais, et il en fera même de plus grandes que celles-ci, parce que je m’en vais vers mon Père.
    13 Et tout ce que vous demanderez en mon Nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils.
    14 Si vous demandez en mon Nom quelque chose, je le ferai.
    15 Si vous m’aimez, gardez mes commandements.
    16 Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, pour demeurer avec vous éternellement,
    17 l’Esprit de vérité que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit pas et qu’il ne le connaît pas ; mais vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous.
    18 Je ne vous laisserai pas orphelins, je viendrai vers vous.
    19 Encore un peu de temps, et le monde ne me verra plus ; mais vous me verrez, et parce que je vis, vous aussi vous vivrez.
    20 En ce jour-là, vous connaîtrez que je suis en mon Père, et vous en moi, et moi en vous.
    21 Celui qui a mes commandements et qui les garde, c’est celui qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père, je l’aimerai, et je me ferai connaître à lui.

    Matthieu 10/32 Quiconque donc me confessera devant les hommes, je le confesserai aussi devant mon Père qui est dans les cieux.
    33 Mais quiconque me reniera devant les hommes, je le renierai aussi devant mon Père qui est dans les cieux.
    34 Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre ; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée.
    35 Car je suis venu mettre en division le fils contre son père, et la fille contre sa mère, et la belle-fille contre sa belle-mère ;
    36 et les propres domestiques d’un homme seront ses ennemis.
    37 Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi, et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi.
    38 Et quiconque ne prend pas sa croix, et ne vient pas après moi n’est pas digne de moi.
    39 Celui qui aura conservé sa vie la perdra, mais celui qui aura perdu sa vie pour l’amour de moi la retrouvera.
    40 Celui qui vous reçoit me reçoit, et celui qui me reçoit, reçoit celui qui m’a envoyé.
    41 Celui qui reçoit un prophète en qualité de prophète recevra la récompense d’un prophète, et celui qui reçoit un juste en qualité de juste recevra la récompense d’un juste.
    42 Et quiconque aura donné à boire seulement un verre d’eau froide à l’un de ces petits parce qu’il est mon disciple, je vous le dis en vérité qu’il ne perdra pas sa récompense.

    Matthieu 11/12 Or depuis le temps de Jean-Baptiste jusqu’à maintenant, le Royaume des cieux est forcé, et ce sont les violents qui s’en emparent.

    2Timothée 4/1 Je te somme devant Dieu et devant le Seigneur Jésus-Christ, qui doit juger les vivants et les morts, lors de son apparition et de son règne,
    2 prêche la parole, insiste en toute occasion, favorable ou non. Reprends, censure, exhorte avec toute douceur d’esprit et avec doctrine.
    3 Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine, mais aimant qu’on leur chatouille les oreilles par des discours agréables, ils chercheront des docteurs qui répondent à leurs désirs.
    4 Et ils détourneront leurs oreilles de la vérité et se tourneront vers les fables.
    5 Mais toi, veille en toutes choses, souffre les afflictions, fais l’œuvre d’un évangéliste, rends ton service pleinement approuvé.
    Soyez encouragé(es) et fortifié(es) en JESUS CHRIST.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.