Suivre Jésus

Le Chemin qui mène à la vie


Suivre Jésus

La poursuite du vent

Voici ce que j’ai vu : c’est pour l’homme une chose bonne et agréable que de manger, de boire, et de jouir du bien-être, au milieu de tout le travail auquel il se livre sous le soleil, pendant les jours de vie que Dieu lui a donnés; car c’est là son partage. (Ecclésiaste 5:18)

Il semblerait que la poursuite d’une croissance infinie, moteur du capitalisme, nous ait fait perdre le bon sens. Nous en voulons toujours plus, et ce même quel qu’en soit le prix, pour satisfaire des besoins créés de manière artificielle par les publicités. En plus de cette folle frénésie pour la consommation, ce système nous fait parfois fermer les yeux sur le caractère injuste des biens que nous achetons.

Il se pourrait pourtant que le bonheur ne fut jamais bien loin, juste là, à porter de main. Je relaye ici une histoire que j’ai trouvé sur la toile, mettant en scène la rencontre de deux hommes, ne regardant pas la vie du même angle…


guillemets_ouvrantes1Rencontre d’un businessman avec un pécheur

 

Un jeune businessman descend sur la côte basque, près de Biarritz, pour un week-end de détente après cinq longues années non-stop de travail acharné. Alors qu’il se ballade dans le port de pêche du village, il aperçoit un pêcheur qui prend des poissons énormes.

Le pêcheur est en train de plier bagage lorsque le businessman l’interpelle : « Pourquoi ne restes-tu pas plus longtemps pour attraper davantage de poissons, il est encore tôt ? »
Le pêcheur : « J’en ai pris suffisamment pour nourrir ma famille. Alors je vais aller faire une grosse sieste avec ma femme, puis cet après-midi, je jouerais un peu avec mes enfants. Ce soir, je ferais de la musique avec mes amis et demain matin, après ma grasse matinée, je reviendrais pêcher… »

Le jeune businessman demande : « Tu ne serais pas un peu fainéant toi ? Tu sais, j’ai fait HEC et ce qu’il te faut, c’est un manager commercial. Tu es un bon pêcheur, si tu restais plus longtemps, tu prendrais plus de poissons donc tu pourrais vendre le surplus. Avec l’argent, tu achèterais un bateau et tu en prendrais encore davantage… »
Le pêcheur : « Ah bon? Et après ? »

Le businessman poursuit : « Tu génèrerais de plus en plus de chiffre d’affaire, ce qui te permettrait d’investir dans d’autres bateaux et, sans doute même, de développer ta propre usine de conditionnement du poisson… Après tu n’aurais qu’à monter ton réseau de distribution et tu serais l’un des hommes les plus puissants de la région. »
Le pêcheur : « Ah bon? Et après ? »

Le businessman continue : « Après ta société entrerait en bourse et tu pourrais vendre tes parts de l’affaire et amasser ainsi une fortune personnelle colossale. En vingt ans, un pêcheur aussi doué que toi pourrait amasser des dizaines de millions d’euros ! »
Le pêcheur : « Ah bon? Et après ? »

Le businessman conclue : « Après, tu pourrais gagner un repos bien mérité en te retirant dans un petit port de pêche. Tu ferais la grasse matinée, tu irais pêcher un petit peu. Tu ferais de grosses siestes avec ta femme. L’après-midi, tu jouerais un peu avec tes enfants et le soir, tu pourrais même faire de la musique avec tes amis… »guillemets_fermantes1

Source

A lire aussi :

Simplicité volontaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.