Suivre Jésus

Le Chemin qui mène à la vie


Suivre Jésus

La loi de l’amour, la loi suprême

Dans cet article, je me propose de partager un extrait d’une oeuvre de Léon Tolstoi, La Loi de la violence et la loi de l’amour,où l’auteur met en valeur la singularité de la doctrine chrétienne en comparaison des autres philosophies et religions que notre monde a connues, depuis l’apparition de l’homme sur Terre.

guillemets_ouvrantes1La doctrine chrétienne, dont nous saisissons de mieux en mieux la signification réelle, enseigne que la mission de l’homme est de manifester toujours de mieux en mieux la Règle de tous ; c’est l’amour qui démontre la présence de cette Règle en nous. C’est pourquoi la loi la plus haute qui doit nous guider est l’amour.

Toutes les anciennes religions reconnaissent que l’amour est la condition essentielle d’une vie heureuse. Les sages de l’Égypte, les brahmanes, les stoïques, les bouddhistes, etc. ont déclaré que les principales vertus sont la bonté, la compassion, la pitié et la charité, en un mot l’amour sous toutes ses formes. Les plus élevées de ces doctrines, notamment celles de Bouddha et de Lao-Tseu, sont allées jusqu’à recommander d’aimer tous les êtres humains, et de répondre au mal par le bien.

Cependant, aucune de ces doctrines n’a placé la vertu de l’amour comme la loi suprême qui devrait être le seul motif de nos actions ; cela a été le trait distinctif de la religion la plus récente, celle du Christ. Toutes les doctrines précédentes ont proclamé que l’amour du prochain était l’une des vertus ; la doctrine du Christ est basée sur le principe métaphysique de l’amour, la loi suprême, qui n’admet aucune exception et devrait nous guider dans notre vie quotidienne.

L’enseignement du Christ ne devrait pas être considéré comme entièrement nouveau, ou se détachant nettement des croyances précédentes ; c’est seulement l’expression plus claire et plus précise du principe que les religions précédentes ont pressenti et enseigné instinctivement. Ainsi, plutôt que l’amour soit seulement une des vertus, comme c’était le cas avant, le christianisme en a fait une loi suprême qui donne à l’homme une règle de conduite absolue. La doctrine chrétienne explique pourquoi cette loi est la plus élevée, et elle indique également les actes que les hommes doivent ou ne doivent pas commettre après avoir reconnu la vérité de cet enseignement. Il s’en suit, avec beaucoup de clarté et de précision, que l’observance de la loi suprême, parce qu’elle est suprême, n’admet pas d’exception – comme les doctrines précédentes le faisaient – et que l’amour est l’amour quand on le donne au même degré à d’autres nations, à d’autres religions, et même aux ennemis qui nous haïssent et nous font du mal. guillemets_fermantes1

 

(Léon Tolstoï, Chapitre VII, La Loi de la violence et la loi de l’amour)


Petite note sur l’auteur :

Léon Tolstoï fut un écrivit russe, d’abord nihiliste, qui s’est converti à la religion chrétienne à l’approche de ses 50 ans, suite à une introspection profonde, ainsi que grâce aux contacts noués avec des paysans chrétiens en Russie. Après avoir suivit quelques années la religion orthodoxe russe, il s’est totalement désolidarisé de cette Eglise institutionnelle, qui s’avérait d’après lui finalement être à l’opposé du message évangélique, et donc du christianisme véritable, dans les aspects essentiels de la doctrine. Jusqu’à sa mort, il a dédié sa vie à la promotion du message chrétien, à travers des écrits. Insistant notamment sur le concept de non-violence, il inspira Gandhi dans sa lutte au cours des mouvements ayant menés à l’indépendance de l’Inde.

Lien pour lire son livre relatant son cheminement vers sa conversion : Ma Confession

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.